Conserver la tradition du changement, mais pas trop

Pour le changement Il est amusant de constater que les slogans politiques récurrents concernent pour une grande majorité le désir de changement. Sans que le dit changement soit explicité, des hordes d’électeurs et de supporters se ruent affamés sur le moindre populiste au sourire étincelant promettant d’une voix puissante un changement profond, une refonte complète, un remaniement du système voire, comble de l’orgasme, une réforme ! Lorsque tout cela vient d’une parti dit conservateur, je me délecte d’une touche d’ironie saupoudrant l’habituel cynisme avec lequel il convient de profiter de ces spectacles.

Au départ, je me suis amusé de ce qu’un changement non précisé pouvait bien être une mauvaise surprise. « Voilà, j’ai tout rasé, j’ai tout détruit. Vous vouliez le changement non ? ». Mais, finalement, j’ai réalisé que ce désir de changement n’était qu’un artifice rhétorique. En fait, au plus l’être humain s’enfonce dans son petit confort de voitures chauffées-séries télé américaines sur grand écran, moins il veut changer. Pire, changer devient le danger absolu, le plus grand péril. Tout est justifié afin de contrer les moindres velléités de changement. Ce conservatisme est bien plus profond dans les gênes de l’être humain que je ne l’avais cru jusqu’à présent.

Un petit exemple ? Juste un alors, car à vrai dire, je suis intarissable sur le sujet. Dernièrement, il m’est venu la lubie d’apprendre à taper suivant une disposition de clavier Dvorak. Je vous situe brièvement le contexte.

On ne dit pas lol !

Menestrel Si la communication écrite est à mes yeux l’une des plus belles inventions de l’homme, il est des limitations intrinsèques au ressenti de chacun face à la danse des lettres sur le papier. La froideur et le manque d’intonation sont de celles-là. Pour contourner cet écueil, les écrivains de tous les siècles ont déployé des trésors d’ingéniosité, de créativité, de vocabulaire. La subtilité de la description d’un sentiment n’équivalait que la justesse et la force de l’émotion ainsi partagée par voie épistolaire.

Lorsque les hordes analphabètes et braillardes prirent possession des moyens du moyen de communication qu’était le web, le besoin de concision pris le pas sur l’élégance de la geste. L’éclat de rire franc et bruyant caractérisant un amusant difficilement transposable phonétiquement fût donc traduit par l’abréviation de son imprononçable pendant anglo-saxon : « Laughing Out Loud« . Le puissant « votre réflexion m’amuse énormément, je ne peux retenir un éclat de rire joyeux et sincère » se transforma en un tristement célèbre et pathétique « lol » !

Comment s’organiser sans jamais ranger avec la méthode Glande Appliquée & Rangement Interdit

Dans cet article, je vais vous montrer que le rangement est le pire ennemi de la productivité et je vais vous expliquer une méthode d’organisation basée sur Getting Things Done, méthode que j’ai intitulée GARI pour Glande Appliquée et Rangement Interdit. Cette méthode est adaptée aux gens qui n’aiment pas ranger et qui apprécient la glande l’esprit vide en ayant bonne conscience.

logo Gari

L’article est long mais si vous n’avez pas le temps de le lire, c’est que vous avez vraiment besoin de le lire ! Et puis c’est l’occasion de glander en ayant l’impression d’être productif, ce qui est un sentiment de plénitude absolue.

Pour ou contre le vote électronique ?

Ce 10 juin, les Français et les Belges seront appelés aux urnes pour élire leurs gouvernements. La démocratie de ces 2 pays est garantie par 3 piliers fondamentaux : le suffrage universel (tous les citoyens du pays en âge de le faire ont droit de vote), la garantie du secret du vote (on ne peut donc influencer ou exercer des pressions) et l’exactitude des résultats (chaque vote déposé dans l’urne sera comptabilisé et influencera directement le résultat de l’élection). Nos ancêtres se sont battus (certains en sont morts) pour obtenir ce droit aujourd’hui considéré comme acquis et même parfois snobé.

ELECTION DAY by Marleen Ha Dans les deux pays, la tradition est de voter en cochant sur une feuille de papier les noms que l’on souhaite voire élus. Cependant, il est de plus en plus courant d’utiliser des machines de vote et ce 10 juin une grande partie des votants accomplira son devoir électoral sur un ordinateur.

L’évolution est logique : on n’arrête pas le progrès ! Les choses changent et évoluent en permanence, apportant de nouveaux avantages mais aussi de nouveaux inconvénients. Une nouveauté s’impose lorsque les avantages qu’elle offre sont supérieurs aux désavantages créés par ce changement. La facilité de pouvoir être à 100km de distance en 1h plutôt qu’en 2 jours de trajet est responsable d’une grande partie de l’excès de CO2 dans notre atmosphère, être joignable téléphoniquement partout a rendu l’existence d’une séance de cinéma ininterrompue par une sonnerie rare comme une place assise dans le métro de Paris, la possibilité de consulter des images sexys informations sur des millions d’ordinateurs à la fois à des milliers de kilomètres de distance à permis l’émergence des skyblogs et du web 2.0. Chaque nouveauté extraordinaire possède son contrepoids, le prix à payer…

Comme toute nouveauté à son début, le vote électronique est loin de faire l’unanimité. Se posent alors les questions : pourquoi passer au vote électronique ? Ou pourquoi s’y opposer ?

Les 10 logiciels indispensables sous Windows

Vaincu par les virus, les plantages incessants, les adwares, les spywares et toutes ces saloperies en -wares, vous avez fini par reformater votre disque et réinstaller Windows[1].

Vous voilà donc avec un beau Windows tout propre, tout neuf et surtout tout vide. Il faut le reconnaître, Windows fraîchement installé ne fait pas grand chose. Voici donc les 10 logiciels à installer direct après une réinstallation. Tous les logiciels présentés sont des logiciels libres : vous pouvez donc légalement les copier, les redistribuer, les graver sur un CD de sauvegarde ou un CD à destination de vos amis. Vous êtes d’ailleurs encouragés à le faire. Tous ces logiciels sont aussi garantis sans virus, sans spywares, sans ajouts indésirables.

Notes

[1] toute ressemblance avec des faits existants ne serait pas tout à fait fortuite

Juste une poussière au milieu de l’univers…

galaxie Autour de moi, les individus défilent, le regard fixé loin devant eux, vers leur but, leur destination. Parfois, quand le ciel est dégagé, je m’arrête. Et je lève les yeux, un vertige me saisit, un gouffre, une immensité s’offre à mon regard.

Un sentiment m’envahit, ma respiration se fait rapide, mon coeur s’accélère : l’univers me tend les bras, l’infini s’offre à mes yeux. Pourtant mon esprit se refuse à appréhender la réalité de ma condition de poussière microscopique. Je suis si petit. Un microbe en équilibre sur une poussière… Mon émerveillement est si grand.

Lorsque j’ai créé mon tout premier site web[1], armé de ma calculette, j’ai fait un tableau de comparaison des échelles de l’univers. Ce tableau m’accompagne toujours quand je dois faire un exposé sur l’astronomie et expliquer les étoiles à un public. Et bien, on va donner un petit cachet rustique à ce blog en dépoussièrant les vieilleries 😉

Notes

[1] dont l’image de la page d’accueil était la galaxie que vous pouvez voir, je n’ai pas pu résister à ce petit clin d’oeil nostalgique 😉

Jabber pour Marie et les non ordinateuriens…

Les deux petits crabes m’avaient, sans le savoir, montré la voie dans la promotion de Jabber. Mais lorsqu’on n’est pas familier des termes techniques et qu’on n’est pas un « ordinateurien(sic) », la première question qu’on se pose est « Pourquoi ? ». Et si les crabes m’avaient dit « Comment », la question du « Pourquoi » est peut-être à aborder elle aussi.

palmier

En effet, c’est très bien de la part de Ploum de pas vouloir utiliser MSN, mais pourquoi ? [1]

Certes, Ploum ne veut pas favoriser des logiciels implémentant des protocoles propriétaires, mais pour moi, la phrase précédente ressemble plus à la formule de la relativité générale prononcée en Araméen ancien qu’à une phrase intelligible dans ma langue maternelle.

Alors Ploum va-t-il relever le défi ? Fera-t-il comprendre à Marie ses motivations profondes ? Arrivera-t-il à faire vaciller l’empire de Bill Gates ? D’ailleurs, Bill Gates lui dira-t-il : « Je suis ton père Ploum » avant de lui couper la main ?

suspens

Notes

[1] Pourquoi ? éhé.. Pourquoi ? – private joke physique T4

Je ne suis pas un numéro de hotline, je suis un geek libre !

le prisonnier
– Où suis-je ?
– Au village !
– Que me voulez-vous ?
– Des renseignements ! Nous voulons des renseignements !
– Vous n’en aurez pas !

Lorsqu’on écoute un linuxien se plaindre et râler, il y a fort à parier que cela concerne le système Windows de Microsoft. Dans la toute grosse majorité des cas, le problème ne le concerne pas directement mais notre pauvre linuxien (appelons le Robert) y a été confronté alors qu’il opérait comme administrateur système bénévole pour son copain/cousin/voisin Gérard.

Car, avant d’être linuxien, Robert est avant tout considéré comme celui-qui-s’y-connait-en-informatique. Et pour Gérard, celui-qui-s’y-connait-en-informatique signifie que Robert sait comment réinstaller Windows quand tout a planté, comment centrer un texte dans Word sans remplir les lignes de caractères d’espacement et installer un anti-virus gratuitement.

Robert ayant passé des heures à configurer l’ordinateur de Gérard, lui ayant expressément recommandé de ne pas utiliser Internet Explorer, il est forcément fou de rage quand, une semaine plus tard, Gérard lui annonce que l’ordinateur est de nouveau « planté ».

Alors, comme Robert est gentil, il va se contenter d’aller hurler sa haine sur son blog[1] ou dans un forum. Quant à Gérard, il ne se préoccupe plus de rien. Il dira d’ailleurs autour de lui que Windows est quand même bien plus facile que Linux, que Robert lui a montré une fois.

Notes

[1] Ce blog n’est qu’un exemple parmi tant d’autres pour illustrer mon propos. Play, sans rancunes j’espère ?