Le bonheur n’est qu’une impression !

Je me suis donné pour mission de raconter sur ce blog des trucs plus intéressants que ma petite vie personnelle. Malheureusement pour vous, avant de me lancer dans le blocus estudiantin, je tenais à vous faire part d’une petite expérience personnelle, une petite révélation qu’il m’a été donné de faire. Surtout, ne vous sentez pas obligé de continuer la lecture.

Et que vous restiez ou non, permettez moi de faire dans l’originalité en vous souhaitant à toutes et à tous un joyeux truc…machin, enfin, vous savez sans doute de quoi je veux parler.

Ze vibrating life of ze moules… (TOME V)

Ceci est le billet 5 sur 13 dans la série La vie trépidante des moules

Ma femme Marie avait décidé d’organiser le réveillon de Noël dans notre petit appartement. C’était à la bonne franquette, mais c’est justement ça qui est plaisant dans ce genre de soirée. Nous avions invité deux couples d’amis, des personnes charmantes, ainsi que Roger, un vieil ami séminariste devenu membre d’une secte religieuse intégriste. Il n’en restait pas moins d’excellente compagnie.

Notre amie Anne n’avait malheureusement pas pu se libérer. Il est de notoriété publique qu’Anne exerce le plus vieux métier du monde. Elle est..euh..péripatéticienne, il faut bien vivre, et des exigences professionnelles la retenait ce soir là. Anne n’en reste pas moins charmante et même Roger accepte très bien la chose, mais je crois qu’il a un petit faible inavoué pour Anne.

[Oneliner 8]

Avec des Tsunamis pareils, pas besoins de Tsuennemis… Je suis @ploum, conférencier et écrivain électronique. Si vous avez apprécié ce texte, n’hésitez pas à me soutenir sur Tipeee, Patreon, Paypal, Liberapay ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens réguliers, même symboliques, sont une réelle motivation et reconnaissance. Merci ! Ce texte est publié sous la licence […]

Mon dieu, c’est plein d’étoiles !

– Regarde moi ça Xblllz ! Cet objet bizarre vient juste de tomber du ciel. Et il a tout l’air d’avoir été conçu par une espèce intelligente.
– Quoi Rzkzr ? Tu voudrais dire qu’il y’aurait dans notre système une autre espèce intelligente ?
– Oui, Xblllz, je ne vois pas d’autre explication.
– Pourtant c’est impossible. Toutes les planètes plus proches de l’étoile centrale sont beaucoup trop chaudes pour abriter la vie ! De vrai four à radiations thermostatiques. Je ne voudrais même pas y faire cuire mon rôti de Glonz. Et nos explorations des planètes et satellites plus lointains nous ont appris qu’ils étaient inhabités.
– Je ne sais pas Xblllz, mais il y’a là un mystère que nous devons élucider…

Je ne suis pas un numéro de hotline, je suis un geek libre !

le prisonnier
– Où suis-je ?
– Au village !
– Que me voulez-vous ?
– Des renseignements ! Nous voulons des renseignements !
– Vous n’en aurez pas !

Lorsqu’on écoute un linuxien se plaindre et râler, il y a fort à parier que cela concerne le système Windows de Microsoft. Dans la toute grosse majorité des cas, le problème ne le concerne pas directement mais notre pauvre linuxien (appelons le Robert) y a été confronté alors qu’il opérait comme administrateur système bénévole pour son copain/cousin/voisin Gérard.

Car, avant d’être linuxien, Robert est avant tout considéré comme celui-qui-s’y-connait-en-informatique. Et pour Gérard, celui-qui-s’y-connait-en-informatique signifie que Robert sait comment réinstaller Windows quand tout a planté, comment centrer un texte dans Word sans remplir les lignes de caractères d’espacement et installer un anti-virus gratuitement.

Robert ayant passé des heures à configurer l’ordinateur de Gérard, lui ayant expressément recommandé de ne pas utiliser Internet Explorer, il est forcément fou de rage quand, une semaine plus tard, Gérard lui annonce que l’ordinateur est de nouveau « planté ».

Alors, comme Robert est gentil, il va se contenter d’aller hurler sa haine sur son blog[1] ou dans un forum. Quant à Gérard, il ne se préoccupe plus de rien. Il dira d’ailleurs autour de lui que Windows est quand même bien plus facile que Linux, que Robert lui a montré une fois.

Notes

[1] Ce blog n’est qu’un exemple parmi tant d’autres pour illustrer mon propos. Play, sans rancunes j’espère ?

Je vais bien, tout va bien !

enclume

Je me sens un peu obligé de poster ce billet pour donner un peu de mes nouvelles. Un billet comme ça, ça parait ennuyeux à lire, mais vous allez voir, en fait ça devient même rigolo.

Tout d’abord, une fois les examens terminés, j’ai passé ma semaine de vacances chez moi, pour des raisons personnelles. Je n’ai rien fait de ma todo list. Fin de vacances en force avec, le dimanche soir, le piratage du serveur qui héberge ce blog. Compromission totale. Wéééé ! On est content.

Par acquis de conscience, je vérifie si fritalk.com est à jour, mais là le disque dur est en fait mort.

Chiant hein ? Heureusement, j’ai souscris un service de backup hebdomadaire. Mais pas de bol, le backup a eu lieu juste avant la mort du disque et est lui-même corrompu. Ambiance.

Jabber pour Marie et les non ordinateuriens…

Les deux petits crabes m’avaient, sans le savoir, montré la voie dans la promotion de Jabber. Mais lorsqu’on n’est pas familier des termes techniques et qu’on n’est pas un « ordinateurien(sic) », la première question qu’on se pose est « Pourquoi ? ». Et si les crabes m’avaient dit « Comment », la question du « Pourquoi » est peut-être à aborder elle aussi.

palmier

En effet, c’est très bien de la part de Ploum de pas vouloir utiliser MSN, mais pourquoi ? [1]

Certes, Ploum ne veut pas favoriser des logiciels implémentant des protocoles propriétaires, mais pour moi, la phrase précédente ressemble plus à la formule de la relativité générale prononcée en Araméen ancien qu’à une phrase intelligible dans ma langue maternelle.

Alors Ploum va-t-il relever le défi ? Fera-t-il comprendre à Marie ses motivations profondes ? Arrivera-t-il à faire vaciller l’empire de Bill Gates ? D’ailleurs, Bill Gates lui dira-t-il : « Je suis ton père Ploum » avant de lui couper la main ?

suspens

Notes

[1] Pourquoi ? éhé.. Pourquoi ? – private joke physique T4

Juste une poussière au milieu de l’univers…

galaxie Autour de moi, les individus défilent, le regard fixé loin devant eux, vers leur but, leur destination. Parfois, quand le ciel est dégagé, je m’arrête. Et je lève les yeux, un vertige me saisit, un gouffre, une immensité s’offre à mon regard.

Un sentiment m’envahit, ma respiration se fait rapide, mon coeur s’accélère : l’univers me tend les bras, l’infini s’offre à mes yeux. Pourtant mon esprit se refuse à appréhender la réalité de ma condition de poussière microscopique. Je suis si petit. Un microbe en équilibre sur une poussière… Mon émerveillement est si grand.

Lorsque j’ai créé mon tout premier site web[1], armé de ma calculette, j’ai fait un tableau de comparaison des échelles de l’univers. Ce tableau m’accompagne toujours quand je dois faire un exposé sur l’astronomie et expliquer les étoiles à un public. Et bien, on va donner un petit cachet rustique à ce blog en dépoussièrant les vieilleries 😉

Notes

[1] dont l’image de la page d’accueil était la galaxie que vous pouvez voir, je n’ai pas pu résister à ce petit clin d’oeil nostalgique 😉