Un pays sympathique mais aux moeurs parfois étranges

La Ouaibilie est un petit pays fort sympathique, au climat tempéré et à la population accueillante. J’y ai fait un long voyage. Pendant plusieurs mois, j’ai vécu avec les habitants, j’ai visité des régions magnifiques et découvert des traditions passionnantes.

Mais je ne veux pas parler de géographie, une encyclopédie vous en apprendra bien mieux que moi sur les curiosités et les coutumes de cette charmante région.

La vie trépidante des moules… (TOME VI)

Ceci est le billet 6 sur 13 dans la série La vie trépidante des moules

Enterrée dans le fin fond des Vosges se trouve une petite vallée à l’écart des grands routes et peu connue des touristes : la vallée Vecteque.

La majorité de l’année, la neige fouette les hauts sapins, le vent souffle et glace les ruisseaux. Lorsque le soleil perce les nuages, ses rayons peinent à faire fondre les cristaux de glace qui pendent harmonieusement aux gouttières.

Dans le val Vecteque coule une rivière dont les flots purs et translucides dévalent depuis le glacier en amont. De part et d’autres des rives, deux villages s’affrontent depuis des dizaines d’années.

Egg, Bacon, Sausage et Extra-Dimensionnement Pénien

Rares sont aujourd’hui les internautes pouvant prétendre n’avoir jamais reçu dans leur boîte aux lettres un message très explicite proposant pour une somme modique des pilules qui transformeront le cure-dent actuellement enfoui dans vos poils pubiens en un fier mât dressé à faire pâlir de jalousie un étalon d’élevage et portant bien haut et bien droit l’étendard de votre virilité ainsi retrouvée.

Au départ, ni vous ni moi n’y avons prêté attention. D’ailleurs, mes nombreuses conquêtes féminines m’ont toujours assuré que ce n’est pas la taille qui compte (juste après avoir dit ne t’inquiète pas !). Dans ce cas, pour quelles raisons voudrais-je me doter à tout prix d’un organe me forçant à utiliser mes deux mains pour uriner ?

oeuf

Au fil des années, force est de constater que la quantité de ce genre de courriel ne diminue pas et tendrait même à croître. Le marché doit donc être bien plus juteux que les clients qu’il prend pour cible.

L’expansion du marché semble impliquer que le produit n’est pas un « one-shot »[1], un produit que le client achète une seule fois et puis oublie. Est-ce parce que le produit est inefficace ? Ou peut-être entraîne-t-il une dépendance ?

D’autres parts, qui sont donc ces acheteurs ? Ou ces acheteuses ? Une approche naïve voudrait en effet nous faire croire que seule 48% de la population serait visée par un tel produit. En ce qui concerne l’utilisation du produit lui-même, cela ne fait aucun doute, mais en ce qui concerne l’achat, rien n’est moins sûr.

Afin d’étayer nos propos, prenons deux exemples que nous espérons représentatifs des états probables du système étudié.

Notes

[1] La traduction française « tirer un coup » n’est peut-être pas la plus appropriée dans ce contexte.

Ze vibrating life of ze moules… (TOME VII)

Ceci est le billet 7 sur 13 dans la série La vie trépidante des moules

Si, de passage dans la région, vous décidez de jeter un coup d’oeil curieux au musée médiéval de Necy, en basse Lorraine, vous pourriez être interpellé par un magnifique linteau de style roman représentant deux reines assises sur des trônes et se donnant la main. À coté de la vitrine, le panneau sibyllin ne fera qu’accroître le mystère : Ancien linteau de l’Hôtel de Ville représentant le règne des deux reines. Et si, d’aventures, vous questionnez le conservateur au sujet de cette légende des deux reines, il vous répondra d’un ton bourru par un juron typique popularisé lors de perte de l’indépendance de la ville :
À Necy, guigne règne !

La légende, tout comme ces nombreuses anecdotes qui clairsèment le grand fleuve de l’Histoire, n’a jamais pu être infirmée ou confirmée mais fait le charme de la région et la fierté de ses habitants.

La vie trépidante des moules… (TOME VIII)

Ceci est le billet 8 sur 13 dans la série La vie trépidante des moules

Il fût un temps où l’Empire Galactique n’était encore qu’un conglomérat, certes puissant, de planètes alliées militairement. L’emblème de l’astronef et du soleil n’était guère courant et une majorité de petite planète vivait dans un isolement relatif, s’auto-administrant selon leurs propres coutumes et ne communiquant avec le reste de la Galaxie que pour de rares échanges commerciaux.

Éloignée de toute route commerciale, la planète Plante-à-Musique fût l’une des dernières à garder un gouvernement local non-inféodé à Trantor, la planète capitale de l’Empire.

Voyage au bout de l’enfer

L'enfer
L’atmosphère est lourde, oppressante, exactement ce dont j’ai horreur. Pourtant il fait lumineux, le regard se porte à perte de vue. Chaud. Je retire ma veste et regarde autour de moi. Nul endroit où se reposer, nul onde rafraîchissante. La veste m’encombre déjà, je la fais passer machinalement du bras droit au bras gauche.

La foule me presse, me bouscule. Tous semblent heureux, insouciants. Suis-je donc le seul ?
J’ai envie de m’asseoir par terre et de pleurer. Ma respiration se fait sifflante. Je ferme les yeux, les mains sur les oreilles : tenir !

Les Saintes-Exs

Lorsque l’on repense à ses ancienne petites amies, on se rend compte que certaines ont été une part importante de notre vie. Je ne parle évidemment pas des conquêtes d’un soir voire quelques jours, mais bien de celles avec qui on a parcouru un bout de chemin, quelques mois, quelques années. De celles avec qui […]

Dépoussiérage : Le canard et l’hippopotame

One day, Dédé vu Tutu en tutu. Tutu plu à Dédé et Dédé plu à Tutu. Dédé du avouer à Tutu qu’elle était une déesse en tutu. – Tu es si belle en tutu ! Tu me tortures ! – Quelle douce torture que le tutu ! De quoi te plains-tu ? – Cette douceur me tue […]