[Copinage] Le dernier des Snouffelaires

Couverture hervan Depuis quelques mois, je suis le blog de mon ami Cédric, attendant avec impatience la sortie de son album.

À première vue, le sujet ne m’emballait pas trop : saga familiale sur fond de seconde guerre mondiale, des juifs, des nazis, pas le moindre vaisseau spatial, fantôme errant dans un cimetière ou aspirateur à poil ras produisant des bulles avec l’arrière train (sauf surprise dans les prochains épisodes). Bref, pas trop mon truc.

De plus, les images que Cédric déverse au compte goutte sur son blog me semblaient très carrées, très figées. Mais bon, c’est un pote, j’étais quand même curieux de voir ce que ça donnait quand il faisait autre chose que se foutre de mes cheveux longs dans les cartes d’anniversaire.

Et enfin, ce week-end j’ai enfin pu me plonger dans « Le dernier des Schnuf…Schnouf… ». euh, dans la bédé agrémentée d’une dédicace très sympa.

[Copinage] Les Samouraïs se fendent la gueule…

Samourai
Tel le héron survolant le nénuphar en fleur à la pointe du petit jour, le guerrier valeureux sait attendre, guetter avec patience la faille que l’adversaire finira tôt ou tard à dévoiler. À cet instant, le Samouraï, tel un acteur sur le théâtre de la vie sans lune, écartera le rideau de la haine, laissera la pureté innonder son coeur et lui foutra bien profond à ce connard, un gros poing dans la gueule !

Too early in Sweden

Teaser : Expect some other beers but don’t expect any kind of Spanish inquisition Oubliez un instant les réseaux sociaux et abonnez-vous par mail ou par RSS (max 2 billets par semaine et rien d’autre). Dernier livre paru : Printeurs, thriller cyberpunk. Pour soutenir l’auteur, offrez et partagez ses livres. Veuillez laisser ce champ videInscrivez […]

Massacres à la caméra…

De nos jours, les films amateurs sont légion sur le net. Mais de mon temps, c’était plus rare (mode vieux con = on)

Dans cette catégorie là, Cheapmovies occupe une catégorie à part (et je l’avoue, un peu sentimentale dans mon cas). Ce sont certainement les précurseurs du genre. Rendus célèbres par Phoenix Rising, un court métrage basé sur le jeu CounterStrike, Xavier Penin et sa bande ont aussi produit des films plus personnels (Requiem) mais sans jamais se départir d’un humour dévastateur (T21, Zazbond).

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir de constater que la vidéothèque s’était enrichie de 3 nouveaux films (oui, ma dernière visite remonte à longtemps) : Anubis, Duel au crépuscule et Bienvenue au manoir.