Les 4 manières de dépenser de l’argent

Les 4 manières de dépenser de l’argent

ebook:

Pourquoi les abus financiers des politiciens sont inévitables dans une démocratie représentative

À chaque fois que quelqu’un se décide à creuser les dépenses du monde politique, des scandales éclatent. La conclusion facile est que les politiciens sont tous pourris, qu’il faut voter pour ceux qui ne le sont pas. Ou qui promettent de ne pas l’être.

Pourtant, depuis que la démocratie représentative existe, cela n’a jamais fonctionné. Et si c’était le système lui-même qui rendait impossible une gestion saine de l’argent public ?

Selon Milton Friedman, il n’y a que 4 façons de dépenser de l’argent : dépenser son argent pour soi, son argent pour les autres, l’argent des autres pour soi, l’argent des autres pour les autres.

Son argent pour soi

Lorsqu’on dépense l’argent qu’on a gagné, on optimise toujours le rendement pour obtenir le plus possible en dépensant le moins possible. Vous réfléchissez à deux fois avant de faire de grosses dépenses, vous comparez les offres, vous planifiez, vous calculez l’amortissement même de manière intuitive.

Si vous dépensez de l’argent inutilement, vous vous en voudrez, vous vous sentirez soit coupable de négligence, soit floué par d’autres.

Son argent pour les autres

Si l’intention de dépenser pour d’autres est toujours bonne, vous ne prêterez généralement pas toujours attention à la valeur que les autres recevront. Vous fixez généralement le budget qui vous semble socialement acceptable pour ne pas paraître pour un radin et vous dépensez ce budget de manière assez arbitraire.

Il y’a de grandes chances que votre cadeau ne plaise pas autant qu’il vous a couté, qu’il ne réponde pas à un besoin important ou immédiat voire, même, qu’il finisse directement à la poubelle.

Économiquement, les cadeaux et les surprises sont rarement une bonne idée. Néanmoins, comme vous tentez généralement de ne pas dépasser un budget donné, les dommages économiques sont faibles. Et, parfois, un cadeau fait extrêmement plaisir. Idée : offrez un ForeverGift !

L’argent d’autrui pour soi

Lorsqu’on peut dépenser sans compter, par exemple lorsque votre entreprise couvre tous vos frais de voyages ou que vous avez une carte essence, l’optimisation économique devient catastrophique.

En fait, ce cas de figure relève même généralement de l’anti-optimisation. Vous allez sans remords choisir un vol qui vous permet de dormir une heure plus tard même s’il est plus cher de plusieurs centaines d’euros que le vol matinal. Dans les cas extrêmes, vous allez tenter de dépenser le plus possible, même inutilement, pour avoir l’impression d’obtenir plus que votre salaire nominal.

Cette anti-optimisation peut être compensée par plusieurs facteurs : un sentiment de devoir moral vis-à-vis de l’entreprise, surtout dans les petites structures, ou une surveillance des notes de frais voire un plafond.

Le plafond peut cependant avoir un effet inverse. Si un employé bénéficie d’une carte essence avec une limite, par exemple de 2000 litres par an, il va avoir tendance à rouler plus ou à partir en vacances avec la voiture pour utiliser les 2000 litres auxquels il estime avoir droit.

C’est la raison pour laquelle cette situation économique est très rare et devrait être évitée à tout pris.

L’argent d’autrui pour les autres

Par définition, les instances politiques sont dans ce dernier cas de figures. Les politiciens sont en effet à la tête d’une énorme manne d’argent récoltée de diverses manières chez les citoyens. Et ils doivent décider comment les dépenser. Voir comment augmenter encore plus la manne, par exemple avec de nouveaux impôts.

Comme je l’ai expliqué dans un précédent billet, gagner de l’argent est l’objectif par défaut de tout être humain dans notre société.

Les politiciens vont donc tout naturellement tenter de bénéficier par tous les moyens possibles de la manne d’argent dont ils sont responsables. Chez les plus honnêtes, cela se fera inconsciemment mais cela se fera quand même, de manière indirecte. Pour les plus discrets, le politicien pourra par exemple accorder des marchés publics sans recevoir aucun bénéfice immédiat mais en se créant un réseau de relation lui permettant de siéger par après dans de juteux conseils d’administration. Pour les plus cyniques, de véritables systèmes seront mis en place, ce que j’appelle des boucles d’évaporation, permettant de transférer, le plus souvent légalement, l’argent public vers les poches privées.

Tout cela étant complètement opaque et noyé dans la bureaucratie, il est généralement impossible pour le citoyen de faire le lien entre l’euro qu’il a payé en impôt et l’euro versé de manière scandaleuse à certains politiciens. Surtout que la notion de “scandaleux” est subjective. À partir de quand un salaire devient-il scandaleux ? À partir de combien d’administrateurs une intercommunale devient-elle une machine à payer les amis et à évaporer l’argent public ? À partir de quel degré de connaissance un politicien ne peut-il plus engager sa famille et ses amis ou les faire bénéficier d’un contrat public ?

Les politiciens sont nos employés à qui nous fournissons une carte de crédit illimitée, sans aucun contrôle et avec le pouvoir d’émettre de nouvelles cartes pour leurs amis.

Que faire ?

Il ne faut donc pas s’empresser de voter pour ceux qui se promettent moins pourris que les autres. S’ils ne le sont pas encore, cela ne devrait tarder. Le pouvoir corrompt. Fréquenter des riches et d’autres politiciens qui font tous la même chose n’aide pas à garder la tête froide. Ces comportements deviennent la norme et les limites fixées par la loi ne sont, tout comme la carte essence sus-citée, plus des limites mais des dûs auxquels ils estiment avoir légitimement le droit. En cas de scandale, ils ne comprendront même pas ce qu’on leur reproche en se réfugiant derrière le « C’est légal ». Ce que nous pensons être une corruption du système n’en est en fait que son aboutissement mécanique le plus logique !

La première étape d’une solution consiste par exiger la transparence totale des dépenses publiques. Le citoyen devrait être en mesure de suivre les flux financiers de chaque centime public jusqu’au moment où il arrive dans une poche privée. L’argent public versé à chaque mandataire devrait être public. S’engager en politique se ferait avec la connaissance qu’une partie de notre vie privée devient transparente et que toutes les rémunérations seront désormais publiques, sans aucune concession.

Cela demande beaucoup d’effort de simplification mais, avec un peu de volonté, c’est aujourd’hui tout à fait possible. Les budgets secrets devraient être dûment budgétisé et justifié afin que le public puisse au moins suivre leur évolution au cours du temps.

Curieusement, cela n’est sur le programme d’aucun politicien…

 

Billet rédigé en collaboration avec Mathieu Jamar. Photo par feedee P.

Vous avez aimé votre lecture ? Soutenez l’auteur sur Tipeee, Patreon, Paypal ou Liberapay. Même un don symbolique fait toute la différence ! Retrouvons-nous ensuite sur Facebook, Medium, Twitter ou Mastodon.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.